Rechercher

Notre corps : allier ou ennemi ?


Nous pouvons visualiser notre corps de plusieurs manières. Certains s'en servent comme d'une machine, d'autres l'habitent pleinement, quelques uns ne s'en soucient guère....

Je fais souvent la comparaison en consultation entre un corps douloureux et une enfant capricieux. Si vous répondez à ces appels de manière brutale, dévalorisante, rabaissant ses capacités et son droit d'expression, le corps à la manière d'un enfant se rebelle, Il criera d'autant plus fort pour arriver à ce faire entendre. Un corps qui parle, même à travers des sensations désagréables, est un corps en bon état de fonctionnement. Nous sommes plus inquiet face à un enfant replié, seul, sans expression que devant un enfant qui hurle et se débat.

Face au patient gêné par les gargouillis de son ventre, j'aime répété cette phrase entendue lors de mes études : "Tant qu'il y a du bruit, il y a de la vie".

Avant de vous opposer à votre corps, de la blâmer pour ce qu'il vous fait endurer, essayez de l'aider. C'est facile à dire, beaucoup moins à faire ! L'ostéopathe peut vous y aider grâce à la réharmonisation des tissus, un meilleur ancrage, des techniques de visualisation et une utilisation optimale de sa respiration.


14 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout